La ZAD en déroute ?

La ZAD en déroute ?

Documentaire

Zone à défendre de Notre Dame des Landes

Après l’abandon du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes, officialisé par le gouvernement le 17 janvier 2018, les occupants de la zone à défendre, les agriculteurs et les riverains essaient de penser ensemble l’avenir de ces terres occupées.

 

DOCU

 

Années 1960 // Naissance du projet d’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes, dans une zone humide à la biodiversité exceptionnelle. Il rencontre l’opposition immédiate du monde paysan.

1974 // La ZAD (Zone D’Aménagement Différé) de 1650 hectares est décrétée. Ses opposants lui donnent le nom de « Zone à Défendre ».

Années 2000 // Après avoir été mis en veille dans les années 80/90, le projet est relancé. La mobilisation s’organise et une coordination naît en 2004. Un travail de contre-expertise est mené, préalable nécessaire à la bataille juridique et politique.

2008 // Le projet est déclaré d’utilité publique.

2009 // L’occupation de la ZAD à travers l’installation dans les fermes ou la construction de cabanes débutée en 2007 se développe suite au Camp Action Climat.

2011 // La mise en œuvre du projet d’aéroport est accordée à l’entreprise Vinci. Résistance et sabotage se multiplient face aux travaux préliminaires.

2012 // Les procès se succèdent contre les occupants et les pressions augmentent envers les propriétaires. Après une grève de la faim et de grandes manifestations, le nouveau gouvernement s’engage à geler les expulsions avant l’écoulement d’un certain nombre de recours juridiques. En octobre, l’opération César est lancée, jusqu’à 2000 policiers sont mobilisés : une dizaine de maisons et cabanes sont détruites. Plus de 200 comités de soutien sont créés dans toute la France. Les occupants résistent et le gouvernement créé une commission de dialogue.

2013 // Après 5 mois d’occupation policière, l’opération « Sème ta ZAD » est lancée. Une dizaine de nouveaux projets agricoles voient le jour. L’impuissance de Vinci et de la préfecture se confirme.

2014 // L’annonce du déplacement des espèces protégés préliminaire au début des chantiers donne lieu à une immense manifestation à Nantes le 22 Février. Le gouvernement recule une nouvelle fois. Le 25 octobre, Rémi Fraisse est tué par la police sur la ZAD du Testet. Les ZADs se multiplient sur tout le territoire, tout comme l’ampleur de la répression.

2015 // Des procédures sont relancées pour accélérer l’expulsion des locataires et agriculteurs restés sur la ZAD. Le 22 septembre, des barricades se déploient à nouveau à toutes les entrées de la zone le temps d’une journée.
En novembre, un convoi de tracteur et de vélo part de Notre-Dame-des-Landes : il arrive à Versailles à la veille de la COP 21, malgré les interdictions de circuler et l’état d’urgence. Sur la ZAD, on dénombre 60 lieux de vie et des centaines d’hectares de terres repris à Vinci sont cultivés.

2016 // Le 9 janvier, une manifestation de 20 000 personnes et 450 tracteurs sur le périphérique de Nantes bloque le pont de Cheviré. S’ensuivent d’autres actions de blocage et des « opérations escargot » sur les routes du département.

Le 25 janvier, le jugement de l’audience du 13 janvier est rendu. Les habitants et paysans de la ZAD sont expulsables, mais sans les astreintes financières demandées par AGO-Vinci.

Le 26 juin, le chantier pour la construction d’un espace collectif du mouvement au Gourbi. Consultation locale de la population de Loire-Atlantique: le «oui» au transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes l’emporte avec 55% des suffrages exprimés. Dans les communes proches de la ZAD, le «non» avoisine généralement les 70%. Le premier ministre Manuel Valls confirme l’évacuation de la ZAD à l’automne.

Le 8 octobre, 40 000 personnes viennent planter un bâton à la ZAD, et font le serment de le ressortir en cas de tentative d’expulsion ou de reprise des travaux. Deux hangars sont construits pour la défense et l’avenir de la ZAD. Manuel Valls annonce pourtant le 11 octobre que l’évacuation se fera et le répète chaque semaine à l’Assemblée nationale.

Le 7 Novembre, le rapporteur public donne un avis favorable au recours déposé par les opposants devant la cour d’appel administrative de Nantes. Mais cet avis est rejeté le 14 Novembre par la Cour d’Appel. L’aéroport est donc validé.

Le 21 décembre marque la fin de l’automne et la caducité du calendrier promis par le gouvernement pour expulser la ZAD.

2017 // Le 1er juin le gouvernement Macron nomme trois médiateurs pour « trouver une issue » au dossier Notre-Dame-des-Landes, incluant l’hypothèse de l’abandon du projet et d’une réhabilitation de l’aéroport de Nantes.

2018 // Le 17 janvier, le projet d’aéroport est abandonné. La banderole « Et toc !» est hissée sur le phare-bibliothèque de la Rolandière.

Le 10 février a lieu la mobilisation «Enracinons l’avenir» à la ZAD pour célébrer la victoire rassemble plus de 3000 personnes.

Le 28 février, une délégation des différentes composantes du mouvement rencontre la préfecture pour négocier la gestion des terres.

La menace d’expulsions au terme de la trêve hivernale le 31 mars, est confirmée.

 

 

 

Toutes les rubriques
Docu
Court-fiction
Arts
Humour
Pocket Film